Les membres de l’ONU – l’Organisation des Nations Unies – étaient tous d’avis que les besoins des enfants étaient négligés dans de nombreux pays. C’est pourquoi ils ont déclaré l’année 1979 «Année de l’enfant». Une année auparavant, il y avait eu une proposition qui visait à donner une forme écrite aux droits de l’enfant. Il était prévu d’en faire une sorte de contrat que tous les membres des Nations Unies devraient signer.

C’est ce document qui s’appelle «Convention relative aux droits de l’enfant». Cette idée a été acceptée et la convention a été rédigée. L’UNICEF a participé à ce travail car l’organisation avait déjà des années d’expérience en ce qui concerne les besoins des enfants.

EIl a fallu encore dix ans pour que le texte de la Convention des droits de l’enfant soit terminé. On s’était mis d’accord pour dire que les enfants devaient avoir des droits bien précis pour être mieux respectés par les adultes. Mais il y a eu de longues discussions pour savoir comment ces droits devaient être formulés. Pour certains Etats, il y avait des droits qui «coûtaient» trop cher: par exemple le droit de tous les enfants d’aller à l’école.

Le 20 novembre 1989, les travaux avaient abouti: la «Convention relative aux droits de l’enfant» a été adoptée.

Un certain temps s’est écoulé à nouveau jusqu’à ce que tous les Etats membres aient signé ce contrat. En Suisse, la Convention des droits de l’enfant est en vigueur depuis 1997. Aujourd’hui, tous les pays de la Terre l’ont signée, sauf la Somalie et les Etats-Unis.

En signant cette convention, les pays s’engagent à respecter les enfants comme des personnalités à part entière et à les protéger. Malheureusement, les efforts ne sont pas partout très fructueux. C’est pourquoi l’UNICEF intervient dans de nombreux pays pour les aider à mettre en pratique les droits de l’enfant.